ArticlesType d'investissementOù et comment bien placer son argent ?

Où et comment bien placer son argent ?

18 min.
Type d'investissement
Placer son argent est un art qui nécessite stratégie et connaissance. Face aux nombreuses options disponibles, comment optimiser son rendement tout en maîtrisant les risques? Notre guide détaillé vous oriente.
Où et comment bien placer son argent ?

On entend tout et son contraire quand il s’agit de placer son argent.

On vous propose un guide honnête et complet pour placer son argent en 2024, garantie no bullshit !

Définir quel type d’investisseur vous êtes

Avant même de penser à où investir son épargne, il est nécessaire de connaître son propre profil investisseur. En fait, chaque investisseur particulier devrait être capable de répondre à plusieurs grandes questions fondamentales qui lui permettront de guider son choix d’investissement.
Ainsi, il n’y aura pas forcément un placement qui permette de bien placer son argent universellement en 2023 mais plutôt des solutions plus ou moins adaptées à certains profils d’investisseurs.

Le montant d’épargne disponible

Tout d’abord il faut connaître le montant de l’épargne que l’on veut placer. En effet, selon les montants, certains produits d’épargne deviennent plus ou moins intéressants. D’autres ne sont d’ailleurs pas disponibles sous un certain seuil investi.
A l’inverse, des produits comme le livret A admettent un plafond d’investissement assez bas et au-dessus duquel il n’est plus possible d’investir.
Par ailleurs, fixer un montant maximal à investir avant de se lancer ne peut être que bénéfique pour éviter de placer toute son épargne dans des investissements à risque par exemple.

La rentabilité recherchée

Ensuite, la question de la rentabilité que veut tirer l’investisseur de son placement est primordiale.
La rentabilité se couple toujours avec la notion de risque : plus le risque augmente, plus l’investissement se doit d’être rentable. Il convient alors de s’interroger pour savoir si nous sommes plutôt un investisseur précautionneux qui se contentera d’un plus petit rendement assuré ou alors qui se laissera tenter par le risque pour essayer d’obtenir des meilleurs rendements. En sachant où l’on place le curseur, cela permettra de cibler les placements adéquats.

La liquidité recherchée

Troisièmement, chaque placement d’argent entraîne qu’un investisseur confie son épargne à une tierce personne (morale ou physique) et que cet argent n’est pas toujours récupérable de manière instantanée.
Comme pour la question du risque, chaque investisseur doit se positionner pour choisir des investissements qui seront soit liquides (argent récupérable à tout moment) ou soit illiquides pour une période de temps pouvant aller d’un an à plusieurs dizaines d’années et ainsi définir à quel horizon il voudra placer son épargne (durée de détention).
Cette notion de placement à court terme ou long terme est intrinsèquement liée aux projets qu'à l'investisseur avec son épargne. Pour un projet à moyen ou long terme (acquisition de la résidence principale, financement des études des enfants, préparation à la retraite...), la durée de placement (horizon) peut se situer à 5, 10, 15, voire 30 ans, selon l’âge.
Un investissement à long terme peut être plus risqué et plus fluctuant car certaines pertes à court terme peuvent être compensées par des gains plus forts sur d’autres périodes. 

Les autres facteurs à prendre en compte

Par ailleurs, chaque investisseur peut se questionner sur le sens qu’auront ses placements. Si l’investisseur cherche à encourager grâce à son épargne l’écologie (finance verte, ESG…) ou encore l’égalité des sexes (finance rose…) cela aiguillera fortement les investissements qu’il fera.

Bien placer son argent devient en 2023 une question qui dépasse largement le problème de la rentabilité et du risque, cela signifie aussi placer son argent en respectant son éthique personnelle. Plusieurs types d’investissement proposeront d’ailleurs d’orienter votre épargne vers des placements plus « green » (livret réglementé LDDS, fonds ISR pour l’assurance vie ou le PER, fonds de Private Equity verts, crowdfunding énergétique et social…).

Enfin, chaque investisseur particulier ne possède pas les mêmes connaissances et expériences sur les différents produits d’investissement. Il est plus qu’important avant de vous lancer d’évaluer vos connaissances en investissement car votre niveau de connaissance et d'expérience en matière d'investissement joue également un rôle dans la définition de votre profil d'investisseur. Si vous avez une compréhension limitée des marchés financiers, vous pourriez être plus à l'aise avec des investissements simples et moins risqués.

A l’inverse, plus vous affinerez votre expertise, plus vous serez capable d’investir seul dans des produits plus spécifiques. C’est aussi en jaugeant votre connaissance que vous estimerez plus ou moins nécessaire de faire appel à des tierces personnes pour vous aider dans la gestion de votre épargne (experts, gestion sous mandat…).

Trouver le produit d’investissement adéquat pour bien placer son argent

1. Les placements les plus traditionnels : moins rentables mais moins risqués

Les livrets d’épargne réglementés (Livret A, LDDS)

Les supports de placements les plus traditionnels en France sont indubitablement les livrets d’épargne réglementés qui permettent d’investir dans des obligations d’Etat. Spécificité française, ces livrets sont traditionnellement plébiscités grâce à plusieurs atouts : capital garanti, fonds accessibles à tout moment et sans délai, intérêts exonérés d’impôts… 

Ces supports ont également la particularité de suivre l’inflation. Dans un contexte de forte augmentation des prix, leur taux d’intérêt avait été revu à la hausse le 1er août 2022. Il a à nouveau été réévalué au 1er février 2023, passant de 2 à 3 % pour le livret A et le livret de développement durable et solidaire (LDDS). Même si ce taux ne compense pas totalement celui de l’inflation, estimé à 6 % sur un an en janvier 2023, le livret A et le LDDS demeurent des supports très attractifs. Ils peuvent s’avérer intéressants pour placer une partie de l’épargne dans un investissement sûr (épargne de précaution).

Le placement en assurance vie

L’assurance-vie est un placement souple et fiscalement avantageux (possibilité de se faire racheter son contrat sans être imposé sur le capital). 

L’argent est versé sur un contrat d’assurance-vie dans une optique de placement à moyen ou long terme. Avec une assurance-vie, il est possible d'investir à la fois sur des fonds en euros (garantis, avec une rentabilité autour de 1,3% en 2021 selon France Assureurs) et des unités de compte (plus risquées avec risque de perte en capital mais plus de rentabilité). En effet, pour allier sécurité et rendement, la compagnie d'assurance va investir majoritairement en obligations, notamment d'états, mais va gérer aussi une poche un peu plus dynamique (actions, immobilier, etc). 

Les contrats d'assurance-vie dits " multisupports ", qui se sont fortement développés depuis une dizaine d'années, permettent aux assurés, en plus d'investir dans le fonds en euros, de pouvoir allouer une part du capital dans des supports plus risqués mais à meilleur rendement appelés unités de compte. Il s’agit le plus souvent d’OPCVM (organisme de placement collectif en valeurs mobilières) qui placent des fonds sur un portefeuille diversifiés : fonds d'actions françaises, fonds d'actions européennes, fonds d'actions américaines, fonds obligataires, fonds diversifiés. 

Les contrats d’assurance-vie vous donnent ainsi la possibilité d’être indépendant et d’auto-piloté la gestion de l’épargne tout en proposant, si besoin, une gestion sous mandat où vous déléguez à des spécialistes la sélection de vos supports d'investissement et opérations d'arbitrage.

Le plan d’épargne retraite (PER)

Le plan épargne retraite, souvent abrégé en PER, est un instrument financier de plus en plus prisé lorsqu’un investisseur recherche un placement sur du très long terme. 

Il s'agit en effet d'un dispositif d'épargne à long terme qui permet aux individus de mettre de côté de l'argent pendant leur vie active en vue de financer leur retraite. Ce plan présente plusieurs avantages, notamment des incitations fiscales attrayantes, telles que des déductions d'impôts sur les cotisations versées. Cela en fait donc un outil efficace pour optimiser sa fiscalité. 

De plus, le PER offre une grande flexibilité en permettant aux souscripteurs de choisir entre différentes options de gestion de leur épargne, qu'il s'agisse de placements sécurisés (moins risqué mais avec une rentabilité moindre) ou plus dynamiques (risqués et rentables) adaptés à leur profil d'investissement. Comme pour l’assurance vie, il est possible de demander une gestion sous mandat pour son PER.

2. La bourse : un investissement rentable mais risqué

L’investissement en bourse permet à un particulier d’obtenir un retour sur investissement bien supérieur aux alternatives expliquées ci-dessus (en général entre 7 et 12%). 

En contrepartie, l’investisseur s’expose à plus de risque du fait d’une certaine volatilité des marchés boursiers. La liquidité des marchés boursiers permet généralement d'acheter ou de vendre des actifs rapidement. 

Il est conseillé de faire ses placements en bourse en ouvrant un Plan Epargne Actions (PEA). En effet, Le PEA offre des avantages fiscaux attractifs, notamment l'exonération d'impôt sur les plus-values après une période de 5 ans de détention de titres, ce qui en fait un outil privilégié pour les investisseurs désireux de réduire leur fiscalité s’ils acceptent de garder leurs actions sur du moyen terme. En plus de cet avantage fiscal, le PEA permet une diversification des investissements, allant des actions françaises aux titres européens, offrant ainsi un large éventail d'opportunités pour miser en bourse. 

Outre le PEA, un investisseur peut choisir d’ouvrir un compte-titre simple qui permet d’investir dans un gamme plus large d’actions mais sans avantage fiscal. 

Attention, l’investissement en bourse nécessite une connaissance approfondie et une analyse constante pour éviter des décisions impulsives. Les facteurs macroéconomiques, géopolitiques et même psychologiques peuvent influencer les marchés, ce qui peut rendre l'investissement en bourse imprévisible. Il est souvent conseillé de se faire accompagner si l’on débute en bourse soit par un expert proposé par la plateforme soit par quelqu’un se son entourage qui possède une certaine expérience dans le domaine des placements boursiers.

3. Investir en crypto monnaies : des rendements potentiels élevés avec un fort risque

Investir dans les cryptomonnaies est une opportunité, les avantages sont considérables ; mais cela représente aussi des inconvénient importants. A rappeler qu’il ne s’agit pas d’un placement mais plutôt d’un achat spéculatif. 

Les avantages de l’investissement en cryptomonnaies

Du côté des avantages, les cryptomonnaies offrent une grande accessibilité, permettant à quiconque disposant d'une connexion Internet de participer aux marchés financiers numériques. De plus, elles sont décentralisées, éliminant ainsi la nécessité d'intermédiaires tels que les banques. Les transactions sont souvent rapides et peu coûteuses et les investisseurs peuvent également bénéficier de la volatilité des prix des cryptomonnaies, avec la possibilité de réaliser des gains substantiels à court terme. 

Les inconvénients de l’investissement en cryptomonnaies

Cependant, ces avantages s'accompagnent d'inconvénients notables. La volatilité extrême des prix peut également entraîner des pertes importantes, ce qui en fait un placement très risqué. 

De plus, l'absence de réglementation stricte dans de nombreux pays expose les investisseurs à des risques de fraude, de piratage et de vol. La complexité technique des cryptomonnaies peut également dissuader certains investisseurs moins avertis. 

Enfin, le manque de liquidité dans certaines cryptomonnaies moins connues peut rendre difficile la conversion de leurs actifs en monnaie fiduciaire. Malgré un très fort potentiel de plus-value, les cryptomonnaies restent de loin le produit d’investissement le plus risqué parmi tous les types de placement présentés dans cet article.

4. Investir dans des entreprises non cotés : l’opportunité du private equity

Investir dans un fonds d'investissement Private Equity offre aux investisseurs l'opportunité de participer à un secteur financier particulièrement dynamique et potentiellement lucratif. 

Les fonds de Private Equity investissent dans des entreprises non cotées en bourse, souvent à un stade de développement précoce ou intermédiaire, en apportant des capitaux, de l'expertise et des ressources pour les aider à croître et à prospérer. 

Les avantages de cet investissement résident dans la possibilité de réaliser des rendements significatifs, généralement supérieurs à ceux des placements traditionnels, en contrepartie du risque associé à des entreprises en croissance. 

De plus, les investisseurs peuvent bénéficier d'une diversification accrue de leur portefeuille (et ainsi de leur patrimoine) grâce à l'exposition à différents secteurs et industries. Ils peuvent aussi contrôler plus facilement dans quelles entreprises leur argent est investi ce qui est intéressant lorsque les investisseurs recherchent des placements verts par exemple. 

Cependant, il est important de noter que les fonds de Private Equity sont généralement des investissements à long terme avec une période de blocage des fonds, ce qui signifie que l'argent investi peut rester immobilisé pendant plusieurs années. 

De plus, la sélection du fonds et la diligence raisonnable sont cruciales, car la performance peut varier considérablement d'un fonds à l'autre.

5. L’immobilier : la valeur-sûre encore largement plébiscitée

L'immobilier est le placement préféré des Français, comme nous l'avons souligné dans notre dernière étude.

L’immobilier présente des rendements intéressants. Surtout s’il est couplé à l’effet de levier. En effet, l’immobilier présente l’avantage d’offrir des revenus stables. Les banques sont très friandes d’investir dans des projets dont les revenus sont stables et sont donc très favorables à l’investissement immobilier.

Les investissements immobiliers sont parfois inscrit dans des dispositifs de défiscalisation, du type loi Pinel, qui offrent des réductions d’impôts sur le revenu imposable.

Plusieurs formes de placements immobiliers sont possibles et vont dépendre de la prise de risque, du temps à allouer, etc.

L’investissement locatif classique

L’objectif de ce placement est d’acheter un bien immobilier grâce à un crédit bancaire en minimisant son apport et de le mettre en location.

Le rendement de ce type d’investissement dépend à la fois de la différence entre les rentrées d’argent (loyers) et les différentes charges (remboursement du crédit, charges de copropriété, imposition etc.), qu’on appelle cashflow, et la plus value à la revente (montant perçu à la revente - apport).

Les rendements sont les plus élevés possibles dans la catégorie de l’immobilier. Mais c’est aussi le plus risqué. Il est nécessaire de très bien connaître le domaine.

Un mauvais investissement peut avoir des conséquences très négatives sur de nombreuses années.

L’investissement en SCPI

L’investisseur peut choisir de placer son épargne dans des fonds immobilier non côtés du type SCPI. Le principe de ces fonds est de collecter les souscriptions de milliers d’épargnants et de les investir dans de nombreux biens. Ainsi, chaque investisseur détient l’ensemble des biens, dans la proportion de son investissement.

L’avantage de cet investissement est qu’il demande peu de connaissances. C’est l’équipe d’investissement du SCPI qui s’occupe de tout. Aussi, le risque est réduit puisqu’il y a une forte diversification. En effet, si un bien immobilier a du mal à se louer, l’impact sur le capital d’un investisseur donné est limité.

L’inconvénient majeur de ce type de bien est la faible rentabilité nette (proche des 4%). Malgré l’effet de levier utilisé, les très nombreux frais pris par les différents intermédiaires réduisent énormément la rentabilité des investisseurs.

En fait, les placements en SCPI se rapprochent des investissements plus traditionnels comme vu précédemment : faible rentabilité, faible risque mais aussi faible implication de la part de l’investissement.

L’investissement en crowdfunding immobilier et investissement fractionné

Le crowdfunding immobilier et l’investissement fractionné sont relativement nouveaux dans la sphère de l’investissement en immobilier.

La différence en pratique avec l’investissement en SCPI est la possibilité pour un investisseur de choisir dans quel type de bien investir. Les sites de crowdfunding et d’investissement fractionné proposent de nombreux biens sur leur plateforme et les investisseurs décident d’investir dans les biens qu’ils souhaitent.

Au même titre que la SCPI, l’avantage principal est la possibilité d’investir avec peu de connaissances, contrairement à l’investissement immobilier locatif classique.

Par rapport aux SCPI, les deux avantages principaux sont une rentabilité plus forte (car moins de frais et car il y a une concentration des biens à très forte rentabilité) et une plus forte transparence. En investissant en crowdfunding / immobilier fractionné, l’investisseur sait exactement ce qu’il achète.

L’immobilier fractionné est aussi différent du crowdfunding. En effet, il permet, en plus des loyers, d’avoir accès aux plus values à la revente. Effectivement, dans leur fonctionnement concret, les plateformes de crowdfunding émettent une obligation avec un taux d’intérêt constant auquel ont le droit les investisseurs. En cas de plus value à la revente, les investisseurs n’y ont pas le droit. De leur côté, les plateformes d’investissement fractionné donnent le droit à la plus value à la revente.

Cet investissement se développe fortement depuis 2023, notamment avec l'arrivée de plateformes telles que Tantiem.

Découvrir l'immobilier fractionné

A qui confier son épargne pour optimiser son investissement 

Après avoir défini ses objectifs personnels et trouvé les types d’investissement qui pourraient correspondre, il est essentiel pour maximiser ses gains ainsi que la fluidité de l’investissement et son suivi, de choisir avec minutie chez qui le placer.

Tout d’abord, et de façon générale, si toutes les grandes bancassurances et banques en ligne proposent un large choix de produits d’investissement (livrets, assurances, PER, bourse…) il est rare qu’elles proposent les meilleurs offres en termes de frais d’entrée et de gestion.

En fait, les banques proposent des produits très standardisés et profitent d’une clientèle souvent captive pour augmenter les frais.

Pour un investisseur client d’une banque il reste néanmoins intéressant d’y ouvrir un livret d’épargne (A ou LDDS) qui n’est pas sujet à des frais supplémentaires et dont le pourcentage d’intérêts est fixé au niveau national par la Caisse des Dépôts (il ne peut donc pas varier entre plusieurs acteurs).

En ce qui concerne les assurances vie et les PER, il peut être intéressant de comparer la rentabilité des différents supports disponibles sur le marché français. Ainsi, il est souvent mieux de se diriger vers des entreprises spécialisées dans l’assurance plutôt que les grandes banques systémiques.

Lorsqu’il s’agit d’investir en bourse, un investisseur se retrouve face à de nombreuses plateformes (que l’on appelle brokers) qui proposent plus ou moins les mêmes produits (actions, ETF, options, warrants, turbos…).

Ils peuvent décider de passer par leur banque mais les coûts seront élevés à chaque transaction ou par des brokers dits « pure players » qui sont largement concentrés sur l’investissement en bourse (Bourse Direct, EasyBourse, Boursorama, Fortuneo…) et qui sont bien plus avantageux dans leurs offres.

Enfin, un nouveau type de brokers est arrivé sur le marché français depuis la fin des années 2010 et est entrain de créer une chute des frais pour les clients : les néo-brokers. Ces brokers, comme eToro ou FlatexDegiro, sont de loin les plateformes les plus avantageuses en 2023 pour placer son argent en bourse. De plus elles proposent des services annexes pour rendre l’investissement plus interactif et attirer des populations de jeunes investisseurs comme des offres spéciales ou une gamification de l’investissement sous forme de réseau social.

Pour ce qui est des fonds d’investissements en Private Equity, le choix doit se faire en prenant en compte à la fois la réputation du fonds, la rentabilité des années passées et son portefeuille d’entreprises.

En effet, investir dans un fonds revient souvent à investir dans un secteur en particulier où ce dernier s’est spécialisé. Ainsi, choisir un fonds revient la plupart du temps à choisir un secteur d’activité.

Le choix du secteur peut être fait par rapport à l’évolution du marché, des convictions personnels (transition écologique…) ou simplement un attrait personnel.

Du côté des cryptomonnaies, de nombreuses grandes plateformes d’achat et de vente sont disponibles sur le marché français.

Parmi elles, Budget, Binance, eToro ou Coinbase proposent plus ou moins la même diversité des cryptomonnaies. Pour optimiser son placement en minimisant les coûts, il faut alors comparer les frais facturés à l’achat et les frais facturés à la vente.

Là où eToro propose des frais à 1% du montant de l’achat et de la vente, une plateforme comme Binance n'en propose que 0,1% par exemple.

Enfin, si vous souhaitez investir en immobilir fractionné ou en crowdfunding, choisir la bonne plateforme est clé !

Les règles en or à suivre pour s’assurer une gestion optimale de son épargne

  1. Garder en tête les objectifs financiers que l’on s’est fixés. Que souhaitions nous faire avec cet investissement ? Préparer des études pour des enfants ? Acheter une nouvelle maison ?...

  2. Equilibrer les placements entre des placements dits « sûrs » à 70% de votre épargne et garder 30% pour des placements plus risqués qui peuvent avoir une rentabilité plus forte.

  3. Diversifier au maximum son patrimoine afin de choisir des investissements qui sont rentables tout en diminuant le risque moyen que court votre épargne.

  4. Apprendre et s’informer en continu sur les produits d’investissement et les marchés dans lesquels vous investissez. Cela permet notamment de prévoir les risques afin de les éviter au maximum.

  5. Consulter un conseiller financier : Si vous êtes novice en matière d'investissement, envisagez de faire appel à un conseiller financier ou un professionnel de la gestion de patrimoine afin de prendre en compte son avis. Les experts peuvent vous aider à élaborer une stratégie d'investissement adaptée à vos objectifs et à votre profil.

  6. Agir de manière posée sans surréagir face aux fluctuations des marchés. En effet, et notamment en bourse, les marchés financiers connaissent des fluctuation parfois importantes à court terme mais ces investissements à long terme ont tendance à générer des rendements plus stables.

  7. Optimiser au maximum votre fiscalité pour améliorer la rentabilité de vos placements. Comme expliqué précédemment, il est souvent possible d’investir de manière intelligente pour minimiser la part de vos gains qui sera imposable et ainsi optimiser le gain net final.

  8. Ne pas trop céder à l’investissement « plaisir ». S’il est possible d’investir dans des secteurs ou sujets qui éveillent une passion ou qui prennent un maximum de sens, il faut toujours garder en tête le couple rentabilité/risque pour juger avec raison son portefeuille d’investissement.

  9. Ne jamais garder trop d’argent sur un compte-courant. Si le compte-courant n’implique aucun coût direct, il représente en fait un coût d’opportunité important, c’est-à-dire un manque à gagner comparé à un placement sûr comme un livret ou une assurance vie en fonds euro.

S’il n’existe pas une unique manière universelle de bien placer son argent en 2023, chaque investisseur peut trouver la meilleure façon de placer son épargne selon ses objectifs. Il est important de connaître et accepter son appétence au risque et la rentabilité souhaitée par un investissement pour choisir le produit le plus propice.

Au vu de la situation macroéconomique en 2023 qui est assez spéciale avec des taux d’intérêts très élevés et une inflation encore importante, il est encore plus nécessaire de ne pas laisser son argent dormir sur son compte-courant. Des investissements en général très peu rentables comme les livrets réglementés suivent l’inflation et deviennent ainsi de plus en plus intéressant pour quelqu’un qui souhaite placer son argent en 2023. Ils représentent le seul investissement sûr à 3% en 2023.

Si l’investisseur recherche une rentabilité à court-terme, il devra choisir des investissements risqués comme les cryptomonnaies ou alors jouer sur la volatilité des bourses. Cependant, les risques encourus sont extrêmement forts (cf. les cours du bitcoin en 2022 et et 2023 ), et il nous semble beaucoup plus judicieux pour bien placer son argent de chercher des gains sur du moyen/long terme.

L'immobilier est un des placements offrant le plus de résilience et de performance sur le moyen terme, malgré les corrections de marchés en cette fin d'année 2023. Et ce n'est pas un hasard s'il est plébiscité par plus de 75% des Français ! L'accès au crédit étant actuellement contraint, de nouvelles formes d'investissement fractionné sont apparues, permettant à tous de se constituer un portefeuille constitué d'immeubles ou des commerces soigneusement sélectionnés par des professionnels dans toute la France, et de percevoir au prorata de votre investissement les revenus locatifs et la plus value potentielle à la revente.

Découvrir l'immobilier fractionné

Articles associés

Le guide complet du crowdfunding immobilier

11 min.
Le guide complet du crowdfunding immobilier

Le guide complet de la SCPI

9 min.
Le guide complet de la SCPI

La fiscalité du crowdfunding immobilier : déclaration et optimisation

5 min.
Crowdfunding immobilier fiscalité